12087621_10206170588637721_912509845_n
 

Portrait centré: Emile Lusignan


Nous avons lancé les portraits centrés, courts interviews mettant à l’honneur nos militants, jeunes responsables et jeunes élus, afin de partager avec vous les multiples facettes et motivation, de leur engagement personnel, et de notre engagement collectif.


Emile Lusignan,

Gironde

Parle-nous de ta formation :

Bac Littéraire mention Européenne anglais

Licence droit et sciences politiques ; droit-langues espagnol (spécialité droit espagnol)

Master 1 Science Politique (en cours)

Ton rôle au sein du MoDem :

Militant depuis 2013, chargé de communication Jeunes Démocrates d’Aquitaine.

Ton implication :

Mes études, une année à l’étranger et mon jeune âge (19 ans) ne m’ont pas encore permis une grande implication, mais je suis avec beaucoup d’attention toutes les campagnes depuis les municipales notamment, essayant d’aider dans la mesure de mes disponibilités.

As-tu un modèle en politique :

J’avoue un faible pour de grandes figures centristes un peu désuètes comme Alain Poher ou Jean Lecanuet. Mais il ne faut pas se borner, et je peux apprécier les idées d’un Jacques Chaban-Delmas sur la Nouvelle Société par exemple, ou d’un Jacques Delors sur la question Européenne.

Bien sûr je n’oublie pas François Bayrou, qui par son discours a su m’intéresser au centre.

Pourquoi le centre :

Je refuse bien entendu tout extrême, cela n’a rien à faire en démocratie. Quant au classique débat droite/gauche, conservateurs contre réformateurs, je le trouve suranné et stérile depuis bien trop longtemps déjà ; et comme tout ce qui a dépassé depuis trop longtemps sa date limite, il devient nocif pour la France. A mon sens, on peut tout à fait défendre des idées de progrès social, tout en restant modéré, tout comme on peut défendre certaines valeurs et idées sans pour autant refuser toute avancée.

Le centre est porteur d’un apaisement, il y a cette idée de modération permanente des idées et du discours qui me séduit énormément. Une certaine sagesse aussi que l’on retrouve – souvent, chez les centristes. On a d’ailleurs souvent érigé les leaders centristes comme des « vieux sages » (je pense à Raymond Barre et un peu à François Bayrou de nos jours).

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Poster un commentaire